loading
  • Aucune gêne : volume préservé de 6,1 m3, le plein en 3 minutes, autonomie de 400 km
  • Base Vivaro-e : la PAC sous le capot, les réservoirs d’hydrogène à la place de la batterie
  • Intelligent : la pile à combustible rechargeable préserve la fonctionnalité, les performances et la fiabilité
  • Fabriqué en Allemagne : le Vivaro-e HYDROGEN sera assemblé à Rüsselsheim

 

Schlieren.  Opel dévoile un nouvel utilitaire léger à propulsion électrique qui permettra une mobilité sans émission aux clients qui ont l’obligation de faire le plein en quelques minutes. L’Opel Vivaro-e HYDROGEN est un fourgon électrique à pile à combustible rechargeable (FCEV) offrant un volume de 6,1 m3 (identique à celui des versions diesel ou électrique à batterie du Vivaro) qui ne nécessite que trois minutes pour faire le plein d’hydrogène, soit à peu près le temps nécessaire pour faire le plein d’une voiture diesel ou à essence classique. L’autonomie est de plus de 400 kilomètres (WLTP1). Opel proposera le Vivaro-e HYDROGEN en format 4,95 et 5,30 mètres. Le constructeur prévoit de commencer à livrer les premiers véhicules aux clients flottes à l’automne en Allemagne et en France.

« L’hydrogène pourrait être l’élément central du système énergétique intégré et efficace du futur, ne faisant pas appel à des combustibles fossiles, » déclare Michael Lohscheller, CEO d’Opel. « Nous avons plus de 20 ans d’expérience dans la technologie des véhicules à pile à combustible à hydrogène. Il n’existe guère d’autre système de propulsion dans le monde qui combine en même temps zéro émission, grande autonomie et seulement trois minutes pour faire le plein. »

Efficace, durable, peu encombrante : les avantages de la PAC rechargeable

Le nouveau fourgon électrique à pile à combustible (FCEV, Fuel Cell Electric Vehicle) est basé sur l’Opel Vivaro-e tout-électrique dans sa version à deux portes latérales coulissantes. Le concept de pile à combustible rechargeable du Vivaro-e HYDROGEN permet d’intégrer l’ensemble du système de pile à combustible au moteur de traction existant sous le capot du véhicule de série. La batterie du Vivaro-e tout-électrique (BEV, Battery Electric Vehicle) laisse la place à trois réservoirs d’hydrogène à 700 bars. Les cylindres en fibre de carbone peuvent être remplis en seulement trois minutes, ce qui procure au fourgon une autonomie de plus de 400 kilomètres. Grâce à cette architecture, la version électrique à batterie devient un fourgon électrique à pile à combustible dont la carrosserie ne subit aucune modification, et qui n’empiète en aucune façon sur les 5,3 à 6,1 m3 de volume de chargement. La charge utile passe à 1’100 kg.

La pile à combustible de 45 kW de l’Opel Vivaro-e HYDROGEN est capable de générer suffisamment de puissance pour une conduite en continu sur autoroute. La batterie lithium-ion de 10,5 kWh, située sous les sièges avant, fournit de son côté un apport de puissance dynamique lorsque cela est nécessaire, par exemple au démarrage et lors des reprises. Comme la batterie couvre les besoins en énergie dans de telles situations, la pile à combustible peut fonctionner dans des conditions optimales. La batterie permet également le freinage par récupération. En outre, elle offre la possibilité de pouvoir être branchée sur le courant, ce qui permet de recharger la batterie en externe si nécessaire, par exemple à une borne de recharge. Elle fournit 50 kilomètres d’autonomie en mode électrique pur.

Le Vivaro-e HYDROGEN sera produit par Opel Special Vehicles (OSV) à Rüsselsheim. Le « Centre de compétence mondial pour l’hydrogène et les piles à combustible » de la société mère Stellantis est également situé dans le berceau d’Opel.

Le Vivaro-e HYDROGEN vient épauler la gamme d’utilitaires légers électriques d’Opel, aux côtés des Vivaro-e et Combo-e. Le prochain modèle à rejoindre cette gamme, le nouveau Movano-e, arrivera également en 2021, ce qui signifie que l’ensemble de l’offre de véhicules utilitaires légers de la marque sera électrique à la fin de cette année. Opel s’est engagé à proposer une version électrifiée de chaque voiture particulière et de chaque utilitaire d’ici 2024.

 


[1] Autonomie déterminée selon la méthodologie de la procédure d'essai WLTP (R (EC) n° 715/2007, R (EU) n° 2017/1151)

Vers le haut